The Wanton Bishops
> Sleep With The Lights On

DedaleSonore | The Wanton Bishops

Nous en parlions il y a quelques mois au détour du premier EP puis du premier concert du groupe, The Wanton Bishops reviennent dorénavant avec un premier album intitulé Sleep With The Lights On aux fortes influences blues/rock.

The Wanton Bishops, c’est l’histoire de deux mecs, deux potes Libanais élevés au bourbon et à la clope qui partagent un goût prononcé pour la musique. Il y a Nader Mansour d’un côté, le chanteur tatoué et hirsute de Zahlé, passionné par le blues depuis son escapade parisienne et Eddy Ghossein de l’autre, le guitariste propret, élevé au rock anglais des Stones et des Kinks. Deux personnes et deux styles différents pour un seul et unique talent.

S’ils avouent eux-mêmes que le chemin fut long avant la sortie de leur album fin décembre, nous ne pouvons dès lors que nous réjouir de mettre la main sur ce disque, fruit de plusieurs mois de collaboration et de travail pour les deux hommes.

Sur ce premier album, les deux Libanais nous pondent 10 titres bruts qui rendent hommage au blues américain et au rock anglais, un savant mélange des genres parfaitement orchestré. Entre harmonica, voix profonde et marquée digne des plus grands bluesmen, batterie et gratte, le duo sait manier les instruments pour nous concocter quelques morceaux des plus efficaces.

La première piste de l’album donne immédiatement le ton, place au riff bien léché et à l’harmonica du très prenant Sleep With The Lights On, assurément le meilleur morceau de l’album selon moi (et vu l’engouement du titre lors du show au Radio Beirut en octobre, je ne dois pas être le seul dans ce cas).

Sleep With The Lights On | The Wanton Bishops

Les 5 titres de l’EP ayant été réintégrés à l’album, c’est donc sans surprise que l’on peut redécouvrir les toujours très électriques Smith and Wesson et Time to Go (aux sonorités « Black Keys ») ainsi que le blues de Whoopy et Bad Rhyme (et ses solos d’harmonica). De quoi me rappeler que l’EP était vraiment de bonne facture et qu’ils ont bien fait d’enjoliver le tout avec 5 morceaux supplémentaires dans la même veine. J’octroie une mention spéciale pour Bad Liver and a Broken Heart et Oh Wee qui nous trottent rapidement en tête.

Davantage tournée vers l’Orient et l’Europe, la scène Libanaise voit débouler sur le pas de sa porte un duo sans prétention mais non sans ambition qui revisite à sa sauce le blues américain et le rock anglais… De quoi dénoter dans le paysage musical beyrouthin. Dans ce grand village qu’est Beyrouth, l’arrivée, après de longs mois de sueur, des deux musiciens en ville n’est pas passée inaperçue si bien que les choses s’accélèrent désormais pour le petit groupe qui monte du côté du Levant. « Slowly But Surely » chantait le King Elvis !

Informations supplémentaires

L’album Sleep With The Lights On est à écouter ici.

Si aucune date n’est pour le moment programmée en Europe, nous invitons nos amis libanais ou nos lecteurs de passage au Liban à aller applaudir Nader et Eddy sur scène. Pour toutes ces informations, vous pouvez retrouver la page Facebook du groupe ainsi que le site officiel.

MAJ 06/03/2013 : Des dates françaises se sont rajoutées. Le 16 avril à La Boule Noire (Paris), le 17 avril à La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand), le 19 avril au Fuzz’Yon (La Roche-sur-Yon) et le 20 avril à La Java Des Paluches (La Rochelle).

Bonus

Co-gérant de l’un des meilleurs bars de Beyrouth (Demo Bar, quartier Gemmayzeh), le DJ Nabil Saliba aka. Trash Inc. s’est éclaté en remixant Bad Rhyme !

Bad Rhyme Remix | Trash Inc. 

Par Tom

Mots-clés : , , , , , ,

19 janvier 2013 Chronique