Peu connu malgré sa grande qualité, le groupe Mini Mansions a sorti un deuxième album ce mois-ci. Intitulé The Great Pretenders, ce dernier conserve la jolie impression qu’avait laissé les débuts du groupe en 2010. Le bassiste des Queens of The Stone Ages et ses collègues distille toujours une pop travaillée et ingénieuse dont les influences vont d’Elliott Smith aux Beatles.

L’album comporte également des collaborations, dont Vertigo, où l’on entend Alex Turner, leader d’Arctic Monkeys.

24 mars 2015 New tracks

« AM », le dernier disque des Arctic Monkeys, véritable machine à tubes, vient d’accoucher d’un nouveau bébé avec le clip de Snap Out Of It. Au menu, du glamour avec la sculpturale actrice mexicaine, Stephanie Sigman, une piscine, des larmes (beaucoup de larmes), de la viande et une télé qui diffuse des images d’Alex Turner et ses acolytes.

C’est la sixième chanson de l’album à bénéficier de son clip après l’énormissime Do I Wanna Know ?, One For The Road, Why’d You Only Call Me When You’re High ?, Arabella et R U Mine ? (à retrouver dans la suite de article).

17 juin 2014 New tracks

playlist avril

Mesdames, Messieurs, voici l’heure de votre dose mensuelle de (bonne) musique avec cette quatrième Playlist mensuelle. On ne change pas une équipe qui gagne non ? Nous espérons en tout cas vous faire découvrir toujours de nouvelles choses. Le principe reste le même, petit rappel pour les nouveaux : une playlist collaborative combinant des morceaux publiés ou à publier dans nos articles respectifs, des morceaux bonus ou des morceaux qui font l’actualité durant le mois (même si, avouons-le, nous empiétons un peu quelques fois sur des mois antérieurs mais toujours pour le plus grand plaisir de nos oreilles !). Bref, comme les fois précédentes, on retrouve un concentré de DedaleSonore en un article. Voici donc cette tant attendue playlist :

Playlist avril 2012 by DedaleSonore on Grooveshark

On commence dans l’univers électro de M83 que votre site aime tant. Le groupe, qui cartonne partout où il passe dans le cadre de la tournée mondiale d’Hurry Up, We’re Dreaming et qui avait fait escale à Strasbourg (où nous étions, rappelez-vous), s’attaque ici au remix du titre Fall des Daft Punk, l’un des mastodontes de la scène française. Remix orchestré par M83, les Daft Punk mais aussi Big Black Delta. Le rendu est excellent ! On enchaîne avec le rock de nos très chers Anglais d’Arctic Monkeys avec le très bon R U Mine ? Un peu plus doux, un peu plus pop, The Shins ont fait leur grand retour le mois dernier avec Port Of Morrow. Deux ans après la sortie du premier album de la géniale formation Broken Bells où James Mercer accompagnait Danger Mouse (Gnarls Barckley, Danger Mouse & Daniele Lupi), le natif d’Honolulu a retrouvé ses acolytes de The Shins pour nous offrir un quatrième album fort sympathique ! Petit aperçu avec Bait and Switch.

Le dansant The Party par SingTank, le planant Tornado de Jónsi (leader de Sigur Rós), en live s’il vous plaît, le shoegaze de The Horrors avec Changing The Rain paru sur leur troisième album Skying et le relaxant Neon Noon des rockeurs de Kasabian arrivent au milieu de notre playlist pour mieux vous tenir en haleine.

On passe la troisième avec le très bon Coffee Table issu du second EP Relativity 1 du duo norvégien Lemâitre, le très oriental O Manolis de Shantel (même si le monsieur est Allemand), l’entraînant The Melody of Happiness de Manceau (mélange étonnant entre les Beach Boys et Cocoon)… Vous êtes heureux ? Vous en voulez encore ?

Retour dans l’atmosphère électro dance avec Kill For Love des Américains de Chromatics dont on avait déjà parlé lors de notre chronique sur la formidable BO de Drive avant d’embrayer sur le détonnant et non moins excellent Home Again de Michael Kiwanuka, jeune britannique de 24 ans qui commence à percer. Retenez bien son nom, nous en reparlerons bientôt !

On passe la quatrième avec le très blues/rock You Rascal You d’Hanni El Khatib qui passera aux Eurocks pour un concert à ne pas manquer. On enchaîne avec Timothée Reigner et Rover dont nous avons parlé sur le blog. L’excellent Aqualast s’affiche assurément comme l’un des titres de ce début d’année, tout comme Wind Song des Parisiens de Revolver qui nous reviennent trois ans après le premier disque avec un album bien plus abouti. Assurément deux groupes français dont on reparlera lors des traditionnelles récompenses annuelles. On n’en souhaite pas moins aux Nantais de My Name Is Nobody auxquels nous dédions une chronique dernièrement et qui nous prouvent que la scène nantaise est pleine de ressources (Christine And The Queens, C2C, etc.). Le titre, The Impossible Stroll, en impose en tout cas !

Passage en cinquième avec le rock et la soul de Brittany Howard qui nous a gratifié avec ses 3 compagnons du groupe Alabama Shakes du très bon album Boys & Girls. Le titre Hold On s’impose naturellement comme le tube du disque, quel pied d’entendre des Voix comme ça ! A l’instar d’Hanni El Khatib, le groupe passera également aux Eurocks, ça serait dommage de les louper. Et s’il y en a bien un autre concert à ne pas manquer aux Eurocks, début juillet, c’est celui de l’excellent Jack White (chronique écrite par notre nouvelle recrue A-line, décidément, le mois a été chargé) qui revient en solo avec Blunderbuss d’où est tiré le très rock Sixteen Saltines. Et pour terminer en beauté, alors que les plus observateurs d’entre vous auront remarqué que Spiritualized figurait déjà dans la playlist de mars avec Hey Jane, nous nous devions d’en remettre une seconde couche (avec I Am What I Am) pour fêter la sortie toute récente du nouvel album du groupe intitulé Sweet Heart Sweet Light. Un album que nous allons chroniquer prochainement et qui tient encore une fois toutes ses promesses.

Voilà, toutes les bonnes choses ont une fin et notre playlist du mois d’avril, particulièrement éclectique, s’achève sur ce bien joli morceau. Un mois d’avril très riche musicalement qui, nous l’éspérons, vous aura convaincu également !

En attendant, bonne écoute et rendez-vous en mai pour notre prochaine Playlist !

24 avril 2012 Playlist mensuelle

Miles Kane

Sorti en ce début du mois de mai, le premier album solo de Miles Kane mise sur un savant mélange rock’n’roll/pop propre à nos chers amis British. L’ex chanteur des Rascals, groupe rock de la fin de la dernière décennie, et acolyte d’Alex Turner (chanteur des Arctic Monkeys) dans l’excellente formation, The Last Shaddow Puppets, vient tout juste de se lancer dans une carrière solo qui s’annonce intéressante.

Le jeune homme de 25 ans, qui a grandi le long des rives de la Mersey du côté de Liverpool, à l’instar des Beatles, n’est donc pas un novice et propose des morceaux variés qui restent néanmoins sous influences du rock et de la pop anglaise que l’on aime tant. Le Liverpuldien s’est d’ailleurs entouré de quelques uns des meilleurs représentants de la scène rock anglaise en la personne d’Alex Turner donc, deuxième trublion de l’aventure Last Shaddow Puppets et Noël Gallagher (oui, oui, le frère de Liam le chanteur d’Oasis, tout aussi connu pour ses tubes que pour son « fucking » caractère qui a causé la perte du groupe Mancunien). Cette collaboration aura au moins eu pour mérite de prouver que les relations entre habitants de Manchester et de Liverpool peuvent être apaisées malgré la rivalité historique entre ces deux villes, basée sur de vieilles querelles footballistiques.

Sur son album Colour Of The Trap, Miles Kane nous offre quelques morceaux de qualité. L’album commence fort avec trois chansons qui se détachent du reste. Come Closer donne immédiatement le ton avec sa bonne ligne de basse et ses bonnes tonalités rock et s’impose assurément comme le meilleur morceau de l’album. L’enchaînement avec Rearrange et son petit riff de guitare puis My Fantasy (où Noël Gallagher assure les chœurs) annonce un grand album. Néanmoins, les chansons qui suivent ne connaissent pas toutes le même engouement. On retiendra encore Happenstance, en duo avec Clémence Poésy, au timbre de voix si doux. Inhaler rappelle étrangement les Arctic Monkeys lorsque Kingcrawler et Take The Night From Me se confondent avec les Last Shadow Puppets. L’avant dernière chanson Better Left Invisible replonge quant-à-elle dans ces sonorités rock dont les Anglais ont le secret.

Si cet album n’est pas des plus homogène et quelques chansons ne sont finalement pas d’un grand intérêt, il confirme néanmoins le talent de Miles Kane, mis en avant avec les Last Shaddow Puppets. Toujours est-il que quelques morceaux sont excellents et pourront être de vrais tubes (notamment Come Closer). Ce grand fan de Jacques Dutronc a déjà annoncé une suite à sa collaboration avec Alex Turner et un nouvel album « solo » cette fois, pour notre plus grand plaisir.

Place à la musique avec le très bon Come Closer. Sachez enfin que Miles Kane sera principalement sur les routes anglaises et qu’aucun passage n’est pour l’instant prévu en France. Pour plus d’informations, c’est par ici.

Come Closer – Miles Kane


23 mai 2011 Chronique