Rone, l’un des producteurs/musiciens éléctros les plus enthousiasmants de sa génération est sur le retour avec un nouvel album qui sortira en février 2015, « Creatures ». Un premier morceau est sorti pour fêter ça, ça s’appelle Ouija et comme d’habitude avec Rone, c’est excellent ! Notez que le garçon passera à Strasbourg le 21 février 2015. Achetez vite votre sésame si ce n’est pas déjà fait.

24 novembre 2014 New tracks

Dedalesonore (Ososphère) | The Shoes

Le week-end phare du festival de l’Ososphère s’est achevé hier soir dans un cadre des plus atypiques du côté du Port du Rhin et avec une belle programmation. L’équipe DedaleSonore s’est installée sur place en compagnie de Rue89Strasbourg, au cœur de l’événement ! Impressions et interviews.

Vendredi 27 septembre

Le calme avant la tempête

  DedaleSonore (Ososphère) | AmbianceAmbiance sur le site (photos DedaleSonore)

Arrivée sur site à 21h, prise de possession de nos locaux temporaires à l’entrée du S.U.B, derniers réglages avec l’organisation et petit tour des locaux encore vides pour prendre quelques photos de quand c’est tout beau, tout propre… C’est parti pour près de 7 heures d’électro !

Le calme avant la tempête ? En fait, on s’est senti très seuls pendant une bonne heure, autant dire qu’on a vraiment pu tout visiter de fond en comble. Et un premier constat s’impose, ce site a de la gueule ! Quelle bonne idée d’installer une partie du festival sur cet espace industriel au charme singulier.


Petite entrevue avec Toxic Avenger

On profite du début de soirée pour rencontrer Simon Delacroix alias Toxic Avenger avant son set au S.U.B (autrement dit l’entrepôt). Réellement impatient de donner le meilleur de lui-même face au public strasbourgeois, on a discuté identité musicale dans les loges :

[Toxic Avenger] Mes influences, aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est la pop des années 80…
[DedaleSonore] Les Smiths par exemple ?
[Toxic Avenger] Voila exactement, tu pouvais pas mieux tomber !

Il en a aussi profité pour s’adresser directement au public (extrait vidéo) :

(Rue89Strasbourg/DedaleSonore)

Résultat, un live qui bouge bien, et même si on a passé un chouia plus de temps du côté du R.E.V, son live a bien lancé la soirée de ce côté du site.


The Shoes en DJ set pour attaquer la soirée

  The Shoes (photos DedaleSonore)

Ouverture des grilles, les spectateurs arrivent doucement. Parmi les premiers arrivés, LE nom qui a suscité le plus d’impatience est sans conteste Fatboy Slim, mais Kavinsky et The Shoes apparaissent en bonne place.

DedaleSonore (Ososphère) | The Shoes  Dedalesonore (Ososphère) | The ShoesThe Shoes (photos DedaleSonore)

Ainsi à 22h30, The Shoes démarre son set devant une petite poignée de personnes… Contrairement aux fois où on a déjà pu les voir enchaîner leurs tubes de Crack My Bones sur scène, Guillaume et Benjamin sont étaient ce soir en configuration DJ set pour mixer deux heures durant Sébastien Tellier, Woodkid, Lana Del Rey et autre Gesaffelstein… Une très bonne mise en bouche pour le reste de la nuit !


L’interview de Fatboy Slim, tête d’affiche de la soirée

DedaleSonore (Ososphère) | Interview Fatboy SlimFatboy Slim (photo Rue89Strasbourg/DedaleSonore)

Nous avons eu le privilège de rencontrer Fatboy Slim quelques minutes avant son show strasbourgeois pour recueillir ses premières impressions sur le lieu, lui demander ce qu’il allait nous proposer lors de son DJ set et tout simplement discuter musique.

Il nous a confié que le cadre portuaire et industriel de la Coop lui plaisait particulièrement, et semblait sincèrement ravi de s’y produire.

J’ai joué dans des grands festivals, dans des stades… mais là, quand on est arrivé sur place, on a longé les quais avec le bus, et j’ai vu l’endroit, ça fait un peu sale, j’adore ça !

Concernant le fait de jouer en France et son avis sur la scène électro française, il précise :

Avec un groupe comme Daft Punk, vous avez (les Français) l’un des plus grands représentants de l’électro ! On ne m’invite pas souvent en France, je ne sais pas trop pourquoi, mais en tout cas, j’aime beaucoup le public français !

Et s’il devait aller voir un autre set de la soirée…

Breakbot !

Comme une évidence. Extrait vidéo de l’interview :

(Rue89Strasbourg/DedaleSonore)


Breakbot déchaine les foules

DedaleSonore (Ososphère) | Breakbot  DedaleSonore (Ososphère) | BreakbotBreakbot (photos DedaleSonore)

En parlant de Breakbot, attendu par Fatboy Slim lui-même, son arrivée en costume blanc cheveux au vent a électrisé les fans (et les femmes) amassés côté R.E.V ! Le set est très dansant, très sympa. Il en profite pour glisser un petit clin d’œil à Yuksek, également à l’affiche de la soirée, en jouant Extraball.

DedaleSonore (Ososphère) | DedaleSonore  DedaleSonore (Ososphère) | BreakbotBreakbot (photos DedaleSonore)

Le live se clôt en compagnie d’Irfane, le chanteur strasbourgeois de Baby I’m Yours, qui a accompagné Breakbot pour 2-3 morceaux. Le chanteur d’Outlines qui avait visiblement l’air ravi de se retrouver à ses côtés face à la foule. De vrais bon moments ! En face, côté S.U.B, Booka Shade fait beaucoup de bruit mais Breakbot remporte la mise, les spectateurs ne s’y trompant pas.


L’heure des têtes d’affiche

2 heures de matin, c’est l’heure des choix pour les uns et les autres puisque les deux grosses affiches de la soirée jouent en même temps : Kavinsky succède à Breakbot côté R.E.V lorsque Fatboy Slim commence à jouer à l’intérieur (S.U.B).

DedaleSonore (Ososphère) | Kavinsky  DedaleSonore (Ososphère) | KavinskyKavinsky (photos DedaleSonore)

D’un côté, Kavinsky apparaît égal à lui-même, mystérieux, presque hautain. La communication n’est pas forcément son fort mais en mettant ça de côté, ça déroule et les morceaux les plus connus de son album Outrun sont très bien accueillis par le public. Et malgré la concurrence de Fatboy Slim, il y a du monde. Extrait :

Kavinsky – Protovision

DedaleSonore (Ososphère) | Fatboy Slim  DedaleSonore (Ososphère) | Fatboy SlimFatboy Slim (photos DedaleSonore)

Pendant ce temps, Norman Cook aka. Fatboy Slim nous concocte un set qui dépote autant qu’il était attendu. Il en aura néanmoins déçu un petit nombre qui s’attendaient à ce que l’Anglais nous joue tous ses titres les plus connus. Eh non : il y fait allusion en début ou fin de concert mais le reste est clairement un DJ set original, pas un alignement de ses tubes. C’est à ce moment-là de la soirée que la chaleur humaine se fait le plus ressentir (et c’est un euphémisme) : l’équipe est en nage.


La fin de soirée

  Yuksek et The Magician (photos DedaleSonore)

Après le passage des deux stars de la nuit, le site commence sérieusement à être déplumé, la plupart des spectateurs commençant tout doucement à quitter les lieux. La soirée est pourtant loin d’être terminée : Yuksek et son pote The Magician « s’affrontent » sur les deux scènes. C’est plutôt étonnant de les voir programmés à la même heure quand on sait qu’il collaborent régulièrement sous le nom de Peter & The Magician… Yuksek aura souffert de quelques problèmes de son au début de son set (c’est plutôt les ingés son qui ont du souffrir d’ailleurs) avant de dérouler, comme à son habitude, des créations perso (Always on The Run…) ou (clin d’œil là encore) de The Shoes (Time to Dance). The Magician de son côté nous a proposé un son beaucoup plus club, intéressant aussi. Une très belle fin de soirée !

Samedi 28 septembre

A l’aube du deuxième jour

DedaleSonore (Ososphère) | Madben  DedaleSonore (Ososphère) | MadbenMadben au tout début de son set (photos DedaleSonore)

Au programme de ce deuxième jour pour débuter : le lillois Madben au R.E.V et les lyonnais Spitzer au S.U.B, qui ont eu la lourde tâche de lancer les festivités. Un petit passage à chacun des sets s’imposait avant de filer dans les backstages pour les interviewer.

DedaleSonore (Ososphère) | Spitzer  DedaleSonore (Ososphère) | Ambiance sur le siteSpitzer au S.U.B / Ambiance sur le site à la fin de leur set (photos DedaleSonore)

Le premier a découvert l’électro dans les clubs belges avant de se mettre à mixer des sons connotés « Detroit », sous la houlette de Laurent Garnier. Les seconds sont deux frangins, qui mixent ensemble depuis la mort de leur groupe de rock, et dotés d’une énergie débordante quand ils sont sur scène.


Rencontre avec Madben

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Madben après son DJ set d’ouverture. On a commencé par évoquer le peu d’affluence au tout début de son set (22h30)…

Oh ! Je saurai désormais que les soirées strasbourgeoises commencent à 23 heures, pas avant ! [rires] Mais ça s’est très vite rempli. C’est toujours difficile de débuter une soirée. J’avais pris ça en compte dans mon set en choisissant des morceaux assez posés, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’y aller plus fort ! [rires] Et même si avant 23 heures il n’y avait pas grand monde, je ressentais déjà l’énergie folle des gens.

Et concernant le cadre de la soirée :

J’avais déjà eu l’occasion de venir à l’Ososphère, mais c’était très agréable de jouer dans cet énorme chapiteau, l’ambiance du lieu était vraiment intéressante.

On a enfin évoqué Laurent Garnier, personnage important pour Madben tant il a joué un rôle de catalyseur dans sa carrière.

C’est certain que Laurent représente beaucoup pour moi. C’est génial de se retrouver à l’affiche d’un festival où il est présent tant il compte pour moi. C’est un des premiers à avoir diffusé ma musique, il a toujours été là pour me conseiller et a eu une grosse influence sur mon travail. Je lui en serai toujours reconnaissant !

Madben a désormais signé sur le label Astropolis Records, le nouveau label du festival brestois.


Rencontre avec Spitzer

On a enchaîné par l’interview des deux frangins lyonnais de Spitzer autour d’une petite bière en loges. On a également évoqué la difficulté de débuter la soirée :

C’est sûr c’est pas évident ! Quelqu’un d’autre aurait pu s’en charger, je pense à… [hésitation] n’importe qui d’autre en fait ! [rires]

Qu’est ce qui vous différencie des autres ce soir ?

Avant tout le fait qu’on a commencé la musique par le solfège, de vrais instruments… On n’est pas DJ à la base. On a eu un petit groupe de rock à l’époque du lycée, groupe qui a quand même tenu sept ans ! On n’a pas directement plongé dans l’électro quoi. Bon ça devient de plus en plus le cas mais ça a contribué à forger notre identité.

Concernant le cadre de la soirée, c’est quelque chose de différent pour vous, ou vous aviez déjà joué dans ce genre de lieu ?

En fait ça nous rappelle beaucoup les Nuits Sonores de Lyon ! C’est le genre d’endroits qu’on apprécie particulièrement. Aux Nuits Sonores aussi les sets ont lieu dans des endroits singuliers, comme de vieux entrepôts. Ce genre de cadre donne une autre dimension à l’évènement.

Et si vous deviez aller voir autre chose ce soir vous vous baladeriez où ?

On a des potes qui sont là forcément, il y a aussi des personnes qu’on apprécie et que l’on connait moins… Jackson and his Computer Band, on n’a jamais eu l’occasion de le voir ! Son premier album commence à vraiment dater, il a tardé pour la sortie du deuxième mais il a l’air vraiment pas mal ! En plus je crois qu’il est là avec sa nouvelle scénographie ce soir donc on ira probablement le voir. Et puis Laurent Garnier aussi. C’est un ami d’ami, et comme on dit…

Enfin, un petit mot pour les Strasbourgeois ?

C’est une très jolie ville ! On n’a jamais eu l’occasion de la visiter mais on ne voulait pas passer par ici sans au moins voir la cathédrale cet après-midi. On espère avoir l’occasion de revenir. Bon à part ça, on veut surtout remercier le public qui était chaud ce soir !


Joris Delacroix

DedaleSonore (Ososphère) | Joris Delacroix  DedaleSonore (Ososphère) | Joris DelacroixJoris Delacroix (photos DedaleSonore)

Entre deux interviews et quelques minutes d’attente pour une petite bière, on a fait un rapide passage par l’entrepôt pour prendre la température. Le public avait l’air de s’amuser sur le set de Joris Delacroix tout comme sur le suivant (Popof) ! Chaleur torride au programme, on a presque atteint la température de la veille pour Fatboy Slim, c’est dire !


Interview de Kölsch

DedaleSonore (Ososphère) | Kölsch(Rue89Strasbourg/DedaleSonore)

Kölsch nous a ouvert les portes de sa loge pour nous consacrer un peu de temps avant son live. L’occasion de discuter avec lui du cadre original de la soirée, de Strasbourg, où il n’était jamais venu, de l’électro en France (il se dit très admiratif de la scène électro française) mais aussi et surtout de sa musique et de son histoire personnelle. On en a profité pour lui en demander un peu plus sur son album 1977 (extrait vidéo) :

(Rue89Strasbourg/DedaleSonore)

Le mot d’ordre à retenir pour son public :

If you live by the fun, you die by the fun.

Kölsch était particulièrement impatient de commencer à jouer dans ce cadre industriel mais aussi d’en finir pour pouvoir se mêler à la foule et partir à la découverte des autres artistes du line-up de ce soir.

Who the fuck is Jackson & His Computer Band ?!

…nous a-t-il confié tout sourire, alors que les noms de la programmation de la soirée lui parlaient moins que ceux de la veille.


L’heure de Jackson and his Compuer Band et Rone

DedaleSonore (Ososphère) | Jackson and his Computer Band  DedaleSonore (Ososphère) | Jackson and his Computer Band

DedaleSonore (Ososphère) | Jackson and his Computer Band  DedaleSonore (Ososphère) | Jackson and his Computer Band

DedaleSonore (Ososphère) | Jackson and his Computer Band  DedaleSonore (Ososphère) | Jackson and his Computer Band

Jackson and his Computer Band (photos DedaleSonore)

Gros moment de la soirée : le set de Jackson and his Computer Band, véritable claque tant visuelle que sonore. Même s’il faut bien avouer que le personnage reste étrange au milieu de sa Computer Band, brandissant son bras d’acier… Extrait :

Jackson and his Computer Band – Arp #1 (DedaleSonore)
Deuxième vidéo

Au programme, comme aux Eurockéennes, surtout des morceaux de son 2ème album, comme la très profonde Arp #1 en ouverture.

DedaleSonore (Ososphère) | Rone  DedaleSonore (Ososphère) | RoneRone (photos Rue89Strasbourg)

On ne va pas se mentir, Rone était un des noms qui nous faisait le plus rêver ce soir, mais nous étions occupés tout le long de son set… Bien dommage au vu des réactions d’après-concert. Les strasbourgeois ne s’y sont pas trompés : le breton était un des artistes à ne pas manquer ce soir. Mais on s’est rattrapés en interview !


Interview Jackson and his Computer Band

Nous avons rencontré Jackson avant son set au chapiteau. Il nous a reçu dans sa loge pour évoquer avec nous sa musique, sa nouvelle scénographie, et forcément, l’attente suscitée par son nouvel album, Glow, sorti près de 8 ans après Smash.

On pourrait être assez facilement dérouté face à ton nouvel album. Quand on prend Arp #1 et Vista, ce sont deux morceaux, deux styles totalement différents… Comment arrives-tu à retranscrire tout ça sur scène ?

Oui effectivement, j’ai voulu explorer plein de possibilités dans cet album. C’est ma démarche, je ne fais pas de la musique expérimentale mais j’explore différentes possibilités. On ressent peut-être plus ces différences sur l’album, que sur scène. Les morceaux sont forcément retravaillés et en live cette cohérence est plus flagrante.

Huit ans qu’on attendant la sortie de ton deuxième album… Tu as fait quoi tout ce temps ? Ca n’a pas posé de problème à ton label (Warp Records) ?

Je n’avais pas envie de me précipiter. Je n’ai pas passé huit ans sans rien faire, j’ai fait une BO de film, et la préparation de cet album a été assez longue. Ca n’a pas posé problème à mon label, ils sont patients.

Tu n’es plus réellement seul sur scène, tu es là ce soir avec ton nouveau dispositif scénique. Tu peux nous en parler ?

Je serai accompagné de ma Computer Band, qui apparait désormais clairement, sous la forme d’une espèce de machine. Elle me permet de contrôler la musique, c’est une manière de montrer que la musique ne sort pas de nulle part mais qu’elle se construit.


Double interview de Rone

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Rone par deux fois, avant et après son concert. Nous avons d’abord discuté de Strasbourg et de l’Ososphère où il s’était déjà produit.

Je suis déjà venu à l’Ososphère il y a 3-4 ans je pense, mais ce n’était pas dans ce lieu je crois, il me semble que c’était à la Laiterie… C’est vraiment une bonne idée que le festival s’installe ici. J’ai déjà repéré la scène, ça va être pas mal !

Où en es-tu dans tes projets ? Vu ton background (il a fait des études de cinéma), est-ce que tu comptes plus mêler image et son à l’avenir ?

J’ai plein de projets. Je travaille actuellement sur le prochain album, je n’arrête jamais réellement. Mais c’est un plaisir. Je travaille aussi sur de nouvelles collaborations… L’idée serait de croiser plusieurs démarches, travailler sur des images qui pourraient s’accorder à ma musique, mais aussi créer de la musique alors que les images existent déjà. J’ai vraiment envie de travailler pour les autres en parallèle. Une des voies à explorer sera donc le cinéma ! Mais je ne me vois pas arrêter la scène ! J’aimerais vraiment mixer jusqu’à mes 50 ans ! [rires]

Nous avons eu la chance de revoir Erwan quelques minutes après son concert, visiblement ravi de l’accueil qui lui a été réservé par le public strasbourgeois ! Extrait vidéo :

(Rue89Strasbourg/DedaleSonore)


Fin de soirée avec Bakermat et Laurent Garnier

DedaleSonore (Ososphère) | Bakermat  DedaleSonore (Ososphère) | BakermatBakermat (photos DedaleSonore)

Le week-end touche doucement à sa fin. Du côté du R.E.V, Bakermat aura été pour nous la découverte de la soirée. Le DJ et son saxophoniste ont réellement mis le feu au chapiteau. Mention spéciale à You’ve Got The Love de Florence and The Machine en clôture. Extrait de Vandaag :

Bakermat - Vandaag (DedaleSonore)

DedaleSonore (Ososphère) | Laurent Garnier  DedaleSonore (Ososphère) | Laurent GarnierLaurent Garnier (photos DedaleSonore)

Bakermat achevant son set à 5 heures, il reste une bonne heure pour finir avec du gros son : ça tombe bien Laurent Garnier envoie du lourd dans l’entrepôt. Du très gros son clôturant un week-end fourni en décibels.


Bilan

L’Ososphère 2013 aura été un beau cru. On aura eu droit à deux soirées au final assez différentes. Principalement au niveau de la programmation, avec pas mal de noms connus même par le grand public le vendredi, et une soirée plus pointue le samedi. Le public a par conséquent été assez différent : de nombreux étudiants le vendredi, avec une attente impressionnante pour Fatboy Slim (Kavinsky loin derrière en deuxième), et une moyenne d’âge de cinq ans supérieure le lendemain. Malgré la déception de certains face au DJ set de Norman Cook (eh non il ne passe pas son temps à rediffuser ses tubes du début des années 2000), pas une seule fausse note au programme, sauf peut-être l’absence de performances artistiques… C’est quand même dans les gênes de l’Ososphère de mêler les arts graphiques et numériques au reste de l’évènement… Mais on nous promet quelque chose pour le mois de février. Stay tuned !


Galerie


Playlist


Ailleurs…

L’ensemble du live report est à revivre sur Rue89Strasbourg !
Et de magnifiques photos sont dispos par là.


28 septembre 2013 Live Report

logo_ososphere

A l’approche de la 14ème édition de l’Ososphère, l’équipe DedaleSonore vous propose de découvrir la programmation des Nuits Electroniques du 27 et du 28 septembre. Des Nuits qui seront l’occasion, pour ceux qui n’ont pas participé au festival l’an dernier, de découvrir le nouveau cœur de l’Ososphère : le site portuaire de La Coop et son bâtiment central qui accueillera la scène principale (le S.U.B), alors qu’une seconde scène éphémère (le R.E.V) s’installera sur le site. Au programme de ces deux Nuits Electroniques, des concerts, des DJ sets, des performances artistiques, le tout dans un cadre singulier.

LA PLAYLIST [Deux morceaux par artiste]

Ososphère | DedaleSonore

VENDREDI 27 [Les horaires & le menu & le petit conseil]

Ososphère 2013 | Programme et horaires du vendredi

Au menu de la première nuit, un tout jeune cinquantenaire, dont la simple évocation du nom a fait frémir toute la ville d’impatience : Fatboy Slim. Après avoir joué sur la Grande Muraille de Chine et à la cérémonie de clôture de Londres 2012, il sera de passage à Strasbourg, autre place-to-be incontournable mondiale ! Il partagera la scène du S.U.B pour deux lives du parisien Toxic Avenger et des deux producteurs et DJ allemands de Booka Shade, et un autre DJ set de The Magician, habituel compère de Yuksek. Le rémois qui sera lui sur l’autre scène, à la thématique 100% Frenchies avec deux lives de l’excellent graphiste-DJ-producteur Breakbot et de Kavinsky, révélé par Drive, ainsi qu’un autre DJ set de The Shoes qui devrait largement s’éloigner de Crack My Bones pour l’occasion.

Un conseil ? Préférez Fatboy Slim à Kavinsky, même si vous vous dites qu’il n’y aura personne au R.E.V. Un deuxième pour la route ? Le DJ set de The Shoes est bien assez long pour se permettre d’aller voir ailleurs.

Ososphère | DedaleSonore

SAMEDI 28 [Les horaires & le menu & le petit conseil]

Ososphère 2013 | Programme et horaires du samedi

Au menu de cette deuxième nuit, des noms dans l’ensemble moins connus que ceux de la première nuit, si on excepte Laurent Garnier et sa techno ravageuse. Il partagera le dancefloor 1 avec les lyonnais de Spitzer et l’habitué de la Coop Joris Delacroix pour des lives et Popof et sa minimale pour un autre DJ set. Du côté du R.E.V, ouverture des festivités avec le DJ set de Madben avant quatre lives de Kölsch, de l’excellent Jackson and his Computer Band, qui a électrisé la Plage des Eurockéennes cet été, du non-moins excellent Rone et de Bakermat.

Un conseil ? Ne manquez sous aucun prétexte Jackson and his Computer Band, ne manquez surtout pas Rone et ne manquez pas Joris Delacroix. Un deuxième pour la route ? Le DJ set de Laurent Garnier est bien assez long pour se permettre d’aller voir ailleurs.

Ososphère | DedaleSonore

L’équipe de DedaleSonore sera présente à l’Ososphère vendredi et samedi en compagnie des collègues de Rue89Strasbourg, pour un live report du festival. Au menu des petites interviews, nos avis sur les concerts, des photos, des surprises… Pour suivre tout ça, rendez-vous sur la page dédiée sur Rue89Strasbourg et sur les réseaux sociaux où on vous tiendra au courant de tous les détails !

Le LIVE
DedaleSonore > Twitter + Facebook
Rue89Strasbourg > Twitter + Facebook

25 septembre 2013 Agenda, Playlist

Nuits Sonores 2013 | DedaleSonore

Le webzine Resident Advisor les a classé deuxième meilleur festival électronique au monde cette année. De qui je veux parler ? Des Nuits Sonores, bien entendu ! L’événement fête sa onzième édition. Et pour la dernière fois, les anciennes Usines Brossette accueilleront la programmation nocturne.

Les amateurs d’électro doivent donc être à Lyon les mercredi 8, vendredi 10 et samedi 11 mai pour ce rendez-vous immanquable. Plus de 50 artistes feront vibrer le public. Au programme des trois nuits, un total de neuf scènes dont une imaginée par Dan Snaith (Caribou/Daphni).

La rédaction de DedaleSonore vous donne ses 10 artistes préférés pour les nuits des Nuits Sonores 2013 ! Retrouvez-les dans nos playlists Spotify et Grooveshark.


Disclosure | Vendredi

C’est la révélation de l’année 2012. Repérés par Pitchfork, les londoniens mélangent bass music et voix soul avec talent. Autre force : une esthétique originale. Leur premier album intitulé Settle sortira le 3 Juin prochain. On pourra y retrouver l’hymne dancefloor Latch, avec Sam Smith en featuring.


Rone | Samedi

Son album Tohu Bohu a marqué 2012 et il vient de tout renverser sur son passage au Printemps de Bourges. Après un exil berlinois, Rone réussit à mélanger mélancolie et énergie. Sorti sur le label InFiné, Bye Bye Macadam impressionne par ses basses vrombissantes et son ampleur.


SBTRKT | Mercredi

Facilement identifiable grâce à son masque d’inspiration tribale, le DJ londonien fascine par sa dextérité. Connu d’abord grâce à ses remixes, il a cartonné en 2011 avec l’album éponyme SBTRKT (prononcé subtrakt). Parmi nos coups de cœur, le très bon Pharaohs.


Todd Terje vs Lindstrom | Samedi

Un choc qui va faire des étincelles. La fièvre du samedi soir, c’est ce duo qui l’a provoquera. Grâce à eux, la Norvège reprend des couleurs en matière de nu-disco. Le label Feedelity est d’ailleurs devenu une référence. Il suffit d’écouter le méga tube Inspector Norse de Todd Terje pour s’en apercevoir.


Breton | Mercredi

C’est l’histoire de cinq trentenaires qui sont venus à la musique par le sound design. Cinq anglais qui ont marqué les esprits avec un album : Other People’s Problems. Les basses d’Interference feront trembler les murs des Nuits Sonores. Le festival est d’ailleurs l’occasion pour le groupe de présenter leur nouveau projet : Surrounded.


Jamie xx | Vendredi

Jamie Smith est schizophrène. Connu pour son rôle au sein de The XX, il change complètement de visage quand il est derrière les platines. UK bass et dubstep n’ont plus de secret pour lui. Son remix de « Gil Scott-Heron – I’ll Take Care of U » a tourné en boucle à DedaleSonore.


AlunaGeorge | Mercredi

Quel bonheur de retrouver AlunaGeorge au line-up des Nuits Sonores ! Les londoniens arrivent (on ne sait comment) à mélanger r’n’b des années 90 et house. La chanteuse Aluna Francis a aussi impressionné avec son featuring pour Disclosure. Et que dire de sa performance dans Your Drums, Your Love !


Fritz Kalkbrenner | Vendredi

Dans la famille Kalkbrenner, nous demandons Fritz ! Après son premier album Here Today Gone Tomorrow, le berlinois est très attendu. Son style éclectique apporte un vent de fraîcheur au milieu musical. Wes est un melting-potes de genres, mais on reconnait tout de suite le son puissant et personnel du DJ.


Boston Bun | Mercredi

Thibault Noyer, alias Boston Bun, a un œil dans le rétro concernant l’acid house. Pourtant, il est loin de foncer dans le mur. Déniché par Pedro Winter, le parisien ne nous était pas méconnu avant Housecall. Il avait signé auparavant un très bon remix du titre « Maelstrom – House Music« .


Spitzer | Samedi

Il fallait bien des lyonnais dans le top 10 quand même ! Les deux frères nous ont captivés et angoissés avec leur album The Call. En réalité, c’est comme si ils aimaient nous rendre mal à l’aise. Il n’y a qu’à voir le clip du très bon Sergen pour en être persuadé. La campagne n’a jamais été aussi perturbante.


Ou alors | Les autres artistes qu’on aime…

Acid Washed | Connan Mockasin | Dan Deacon | Daniel Avery | Busy P | Daphni | Jacques Greene | Melody’s Echo Chamber |
Nosaj Thing | Scuba |

N’oubliez pas que les Nuits Sonores, c’est aussi une programmation de jour et un jeudi soir avec 9 soirées pour seulement 2 euros. On trépigne d’impatience à l’idée de voir M.A.N.D.Y, Coma, Hyphen Hyphen ou encore Erotic Market.

Et vous, quels artistes attendez-vous pendant ces Nuits Sonores ?


La playlist DedaleSonore des Nuits Sonores

1 mai 2013 Actu